Centre-ville ou campagne: quel est le meilleur emplacement pour un coworking?

Depuis plusieurs années, les espaces de coworking se sont multipliés en France. Tout d’abord à Paris puis dans les grandes villes. Et puis, depuis quelque temps une constatation se fait: rares sont les villes de plus de 10 000 habitants qui n’aient pas un ou plusieurs espaces de coworking. On remarque même l’apparition d’espaces de coworking en rase campagne. Et pourquoi pas? A condition d’avoir une connexion internet et une machine à café, accessoires indispensables du coworker, tout est possible!

Cela ne paraît pas évident, mais une des clefs du succès d’un espace de coworking tient, en partie, à son emplacement. La Cantine, à Paris, pionnère du coworking en Ile-de-France, s’est ainsi installé dans le près de Montmartre, un quartier assez dynamique où les entreprises de service et les start-ups commencent à s’installer.

A Clermont-Ferrand, par exemple, un des premiers tests d’espace de coworking, organisé par l’association le WAI, s’était installé en périphérie, dans la zone technologique de la Pardieu. Au Local 19, nous avons privilégié le cadre et nous sommes installés en plein centre historique de Clermont-Ferrand, pas loin de la cathédrale et de l’église Notre-Dame du Port.

Alors, quels sont les différents avantages et inconvénients des emplacements possibles pour un centre de coworking? Petit tour rapide des différentes possibilités, entre coworking « des villes » et coworking « des champs »…

  • les espaces de coworking en centre-ville

Avantage: on profite souvent d’un emplacement privilégié, à proximité des restaurants et bars, et c’est souvent bien desservi par les transports en commun. On n’a également pas beaucoup besoin d’expliquer où on est situé, car souvent le centre-ville centralise services publics, magasins, sièges sociaux d’entreprises… donc tout le monde y met les pieds à un moment où à un autre.

Inconvénient: les centres anciens ont souvent chassé la voiture. Résultat, il peut être difficile et coûteux de se garer. Pas pratique pour les coworkers qui habitent un peu trop loin, ou pour les clients qui doivent vous rendre visite. A prendre aussi en compte que le foncier, parfois rare et cher dans certains quartiers très prisés, peut limiter les possibilités, surtout le jour où on veut s’agrandir. Et comme c’est de l’ancien, il faut prendre en compte des travaux ou une rénovation avant de prendre possession des lieux.

Au Local 19 on a réglé ce souci: travaux et frais mis en commun, tous ensemble, avec beaucoup de bonne humeur et de rires!

  • les espaces de coworking en périphérie

Les périphéries des villes, petites comme grandes, ont souvent une meilleure accessibilité en voiture que le centre-ville. Ce sont souvent des zones de bureaux, avec des bâtiments conçus spécialement pour les activités de service. Pas besoin de chercher une place pour se garer ou de se poser la question de l’espace pour les bureaux! Les coworkings en périphérie intéresseront les coworkers qui habitent dans des zones excentrées, mais plus rarement ceux qui logent en centre-ville. Souvent les zones périphériques sont moins accessibles en transport en commun, à part quelques nœuds de communication (gares, stations de bus). Autre inconvénient: rien n’est vraiment fait pour les piétons et tout se fait en voiture. Ce qui limite les options pour aller se restaurer, et les échanges avec les travailleurs des autres zones de bureaux.

  • les espaces de coworking à la campagne

Les coworkings ruraux se développent de plus en plus ces dernières années. Si le foncier ne pose pas problème, c’est souvent le manque de  coworkers potentiels qui se fait sentir. Néanmoins, le développement du télé-travail, l’amélioration du débit internet font que, dans de nombreux départements, les indépendants et autres travailleurs du numérique, n’hésitent plus à s’installer au vert et à y travailler. Les territoires ruraux jouent aussi la carte de coworkings basés sur l’artisanat, l’agro-alimentaire ou l’industrie, là où les coworking « des villes » seront davantage centrés sur les sociétés de service. Le Cantal, par exemple, profite de l’équipement de la région en Internet Très Haut Débit, pour promouvoir ces nouvelles manières de travailler et de permettre la dynamisation de certains territoires.

A noter l’apparition d’espaces de coworking créés spécialement pour les citadins en manque de verdure: La Mutinerie à Paris a ainsi une annexe dans le Perche, La Mutinerie Village, où il est possible de cowoker pour une semaine ou un week-end, et profiter des avantages du coworking tout en se mettant au vert.

 

Il y a énormément de choses à dire sur l’emplacement des coworkings! N’oublions pas que chaque espace est unique, par sa philosophie ou les coworkers qui le composent, et l’ancrage dans son territoire est un point fondamental 🙂 J’espère y revenir dans un prochain article.

Et vous, vous êtes plutôt coworking au vert, ou coworking à la ville?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *